Overblog
Editer l'article Suivre ce blog Administration + Créer mon blog
Béziauhistgeo

Compléments de cours.

Les Français et la République; L'Affaire Dreyfus: 1894-1906

Intro: le contexte (à compléter avec vos notes)

En 1894, la IIIe République a déjà résisté à trois crises:

le boulangisme en 1889: menace d'un coup d'état, critique de la République parlementaire, image de l'homme providentiel (général Boulanger)

le scandale de Panama en 1892; scandale politico-financier dans le cadre du projet de percement d'un canal à Panama.

les attentats  anarchistes (1892-94): assassinat du président Sadi Carnot en 1894.

1/ Repères chronologiques:

1894-1895:

           20-25 septembre 1894 : Le Service des renseignements de l'armée française intercepte une lettre adressée à l'attaché militaire allemand, Maximilian von Schwartzkoppen, à l’ambassade d’Allemagne à Paris (le document est récupéré par une femme de ménage, Marie Bastian, qui travaille pour le contre-espionnage français).                                        

Contenu du bordereau:

« Sans nouvelles m'indiquant que vous désirez me voir, je vous adresse cependant, Monsieur, quelques renseignements intéressants : Une note sur le frein hydraulique du 120, et la manière dont s'est conduite cette pièce ;                                                                                                                                                                    1.Une note sur les troupes de couverture (quelques modifications seront apportées par le nouveau plan);                                                                                                                                                                   2.Une note sur une modification aux formations de l'artillerie;                                                                     3. Une note relative à Madagascar;                                                                                                                 4. Le projet de Manuel de tir de l'artillerie de campagne (14 mars 1894);  Ce dernier document est extrêmement difficile à se procurer et je ne puis l'avoir à ma disposition que très peu de jours. Le Ministère de la Guerre en a envoyé un nombre fixe dans les corps, et ces corps en sont responsables. Chaque officier détenteur doit remettre le sien après les manœuvres. Si donc vous voulez y prendre ce qui vous intéresse et le tenir à ma disposition après, je le prendrai. A moins que vous ne vouliez que je le fasse copier in extenso et ne vous en adresse la copie. Je vais partir en manœuvres. »    

 

les militaires au cœur de l'enquête:       

Le colonel J.Sandherr, chef de la « Section de statistiques » (contre-espionnage de l’armée)                                                                              Le colonel Henry (1846-1898), adjoint de Sandherr                                Le commandant Du Paty de Clam,  responsable de l’enquête                Le colonel Fabre, chef du 4ème bureau, découvre une similitude d'écriture entre le bordereau et celle d’un officier d’artillerie stagiaire, juif alsacien, Alfred Dreyfus(1859-1935). "Un juif ! J'aurai dû m'en douter" (Sandherr).   Le  ministre de la guerre, le général Mercier, soutient son Etat-major. Durant toute la procédure qui aboutit au procès de Dreyfus.

                                                                                                                                                      19-22 décembre: procès. A l'unanimité, les juges du conseil de guerre condamnent Dreyfus à la déportation à vie (île du diable, au large de la Guyane). Mais un « dossier secret » n'a pas été transmis à la défense !
 La presse  se déchaîne. contre le "traître" en 1894; personne de remet en question la condamnation sauf son frère Mathieu et son épouse, Lucie , qui réussissent à convaincre le journaliste Bernard Lazare de l'innocence du condamné. Ils interpellent des politiques comme le sénateur Scheurer-Kestner puis Georges Clemenceau (ancien député et éditorialiste du journal l’Aurore)


 

10 documents vus en cours. Faites travailler votre mémoire...
10 documents vus en cours. Faites travailler votre mémoire...
10 documents vus en cours. Faites travailler votre mémoire...
10 documents vus en cours. Faites travailler votre mémoire...
10 documents vus en cours. Faites travailler votre mémoire...
10 documents vus en cours. Faites travailler votre mémoire...
10 documents vus en cours. Faites travailler votre mémoire...
10 documents vus en cours. Faites travailler votre mémoire...
10 documents vus en cours. Faites travailler votre mémoire...
10 documents vus en cours. Faites travailler votre mémoire...

10 documents vus en cours. Faites travailler votre mémoire...

1896 :

  Le colonel Henry est chargé par ses supérieurs de faire grossir le dossier afin d'éviter toute tentative de révision. Incapable de trouver la moindre preuve, il décide d'en fabriquer. En  mars 1896, Henry  remet au colonel Picquart, (nouveau responsable des services de renseignements) des papiers parvenus par la "voie ordinaire". C'est ainsi qu'on découvre "le petit bleu": un télégramme non posté, expédié par Schwarzkoppen à un certain commandant Esterhazy, comte de vieille noblesse hongroise, criblé de dettes et joueur. 
         Picquart lit  des textes écrits par Esterhazy. il  reconnaît l’écriture. Il ouvre son tiroir et sort une photo du bordereau. Il regarde et compare: "Je fus épouvanté, Les écritures n'étaient pas semblables. Elles étaient identiques". Il  informe ses supérieurs qui lui conseillent de ne pas rouvrir l'Affaire. Devenu gênant, il est envoyé en mission dans l'est puis en Tunisie. L' affaire est  tenue secrète par l'armée  pour une question" d'honneur" car  remise en cause de la justice militaire, donc de la sécurité nationale.  
    Henry remet alors à ses supérieurs  une lettre de Panizzardi signée "Alexandrine", qui accuse Dreyfus (il s'agit d'un faux)

1897:

29 octobre. Le sénateur Scheurer-Kestner, pour défendre Dreyfus, est reçu à l'Elysée par Félix Faure, qui ne veut pas l'entendre.
16 novembre – Le Figaro publie une lettre de Mathieu Dreyfus (le frère du capitaine Dreyfus) dénonçant Esterhazy. cette révélation  entraine  des poursuites contre Esterhazy ( innocenté en jan .1898 par la justice militaire)
25 novembre: Premier des articles de Zola en faveur de Dreyfus, dans Le Figaro : 
                            "La vérité est en marche, et rien ne l'arrêtera."

 

Mais de nombreux lecteurs du Figaro se désabonnent du journal...


 

 1898
janvier: Procès Esterhazy: acquittement.                                                              13 janvier 1898: « j'accuse » d'Emile Zola

extraits:

  "J'accuse le lieutenant-colonel du Paty de Clam d'avoir été l'ouvrier diabolique de l'erreur judiciaire […] et d'avoir ensuite défendu son œuvre néfaste, depuis trois ans, par les machinations les plus saugrenues et les plus coupables
    J'accuse le général Mercier de s'être rendu complice […]
    J'accuse le général Billot d'avoir eu entre les mains les preuves certaines de l'innocence de Dreyfus et de les avoir étouffées […]
    J'accuse le général de Boisdeffre et le général Gonse de s'être rendus complices du même crime […] J'accuse le général de Pellieux et le commandant Ravary d'avoir fait une enquête scélérate […]
    J'accuse les trois experts en écritures, les sieurs Belhomme, Varinard et Couard, d'avoir fait des rapports mensongers et frauduleux […]
    J'accuse les bureaux de la guerre d'avoir mené dans la presse, particulièrement dans l'Eclair et dans l'Echo de Paris, une campagne abominable, pour égarer l'opinion et couvrir leur faute. 
    J'accuse enfin le premier conseil de guerre d'avoir violé le droit, en condamnant un accusé sur une pièce restée secrète, et j'accuse le second conseil de guerre d'avoir couvert cette illégalité […]

 En portant ces accusations, je n'ignore pas que je me mets sous le coup des articles 30 et 31 de la loi sur la presse du 29 juillet 1881, qui punit les délits de diffamation. […]
    […]Et l'acte que j'accomplis ici n'est qu'un moyen révolutionnaire pour hâter l'explosion de la vérité et de la justice. 
    Je n'ai qu'une passion, celle de la lumière, au nom de l'humanité qui a tant souffert et qui a droit au bonheur. […]
    J'attends. 
    Veuillez agréer, monsieur le Président, l'assurance de mon profond respect. 
                                                                                                                                  Emile Zola"

.L' Affaire devient  politique et divise profondément  la société française:

Deux camps:       

Dreyfusards : la  vérité et la  justice avant la raison d’état; défense de la République de ses valeurs   et des droits de l'Homme                          Anti-dreyfusards : part importante de membres de la droite  nationaliste qui invoque la raison d'Etat (intérêt supérieur du pays au dessus de l'individu ou de toute autre valeur), le respect de la chose jugée, l'honneur de l'armée;  antiparlementarisme et  antisémitisme fréquents.                                                                                                                                    

A la suite de "J'accuse":
             Pétition des « intellectuels » en faveur de  Zola et de la révision du procès Dreyfus

Février :

Zola condamné à un an de prison lors de son procès pour diffamation (il  s'exile en  Angleterre).
Fondation de la ligue des droits de l'Homme et de la ligue de la Patrie         Française.
Août : Découverte du « faux Henry »; Henry arrêté, se suicide en prison.

1899:

Février: Émile Loubet est élu président de la République. 

En mars  les  ligues nationalistes (rôle de Déroulède) manifestent et  tentent de marcher sur l'Elysée à l'occasion des obsèques de l'ancien président Felix Faure. En réaction  les radicaux forment un gouvernement de « défense républicaine » avec Waldeck-Rousseau comme président du conseil.

Août-Sept. 1899 : Dreyfus  est  rejugé à Rennes par un tribunal militaire: condamné mais avec circonstances atténuantes; 10 ans de réclusion,  puis gracié par le président de la République.

 

1902:  lors de l'éloge funèbre  d'Emile Zola,  Anatole France déclare:                     « Il fut un moment de la conscience Humaine. »

 

1906: le capitaine Alfred Dreyfus est réhabilité (la cour de cassation casse le procès de Rennes) et réincorpore l'armée. Par ailleurs Picquart devient ministre de la Guerre dans le nouveau gouvernement de Georges Clemenceau.
Enfin en  1908, lors du transfert des cendres de Zola au Panthéon, Alfred Dreyfus est blessé par deux coups de revolver. Son agresseur, Grégori, journaliste au Gaulois, est acquitté par les assises de la Seine...

 

Enseignements: de nouveaux acteurs de la vie démocratique

Rôle de la presse (loi de 1881) opinion publique entre en scène... 100 000 articles entre 1894 et 1906

Rôle des intellectuels (Zola, Péguy, Gide contre Maurras, Barrès...) influence dans le pays: caractéristique très française du XX° siècle : et participation aux débats de sociétés, notion d’engagement.

Apparition de mouvements structurés: ligue des Droits de l'Homme et du citoyen en 1898 et création de l’action française (Henri Vaugeois et Maurice Pujot) de Charles Maurras, Ligue nationaliste et les partis politiques se structurent à gauche (partie radical-socialiste puis SFIO)

Cette période est aussi marquée par l’action des loges maçonniques qui défendent les idéaux républicains (beaucoup de radicaux maçons)

 

Enjeux :

La patrie et la Nation mis en avant: drapeau, Marseillaise. Place de l’armée, place des catholiques, valeurs républicaines

 

L'affaire Dreyfus (1894-1906) révèle donc deux visions de la société française qui s'opposent jusqu'à la Seconde guerre mondiale:                1/ Antidreyfusard : courant nationaliste et défense de l’honneur de l’armée à tout prix; antiparlementaire voire anti-républicain se nourrit d’antisémitisme ; c’est dans ce courant que naît l’extrême droite française moderne.

2/ Dreyfusard : courant républicain : défense des valeurs de la république basée sur les droits de l’Homme, la recherche de la vérité, mais aussi le patriotisme ; présence plus tardive des socialistes..

 

Par ailleurs ailleurs au niveau international: beaucoup d’écho;  concernant l’antisémitisme, l'Affaire dreyfus conforte certains juifs, comme Theodor Herzl, (journaliste austro-hongrois) de poursuivre le projet de création d'un état juif. S’il ne le mentionne pas dans son journal, il dira plus tard que l’Affaire (il a suivi le procès) l’a convaincu de la nécessité d’un État juif autonome en Palestine (Empire ottoman).

Conclusion

Conséquence politique : la République sort renforcée : début de la République radicale; le parti radical au cœur de la vie politique de la république jusqu'en 1940; il fait et défait les majorités;  achèvement de la laïcisation, le ralliement des catholiques se poursuit. la France de 1914 est républicaine et acceptée par une large majorité du pays: valeurs démocratiques, laïcité et  sentiment d’appartenir à une nation renforcé.

Partager cet article
Repost0
Pour être informé des derniers articles, inscrivez vous :
Commenter cet article